Infiltrométrie

Écrit par Super User le . Publié dans Produits

"SOGESTFA est habilitée par le MEEDDM à réaliser les mesures d'étanchéité à l'air des bâtiments
pour l'obtention du label BBC EEFINERGIE
"

Test d’étanchéité à l’air de l’enveloppe des bâtiments

Dans le cadre de la norme NF EN 13829, SOGESTFA est autorisée à effectuer les mesures
d’étanchéité à l’air de l’enveloppe des bâtiments à l’aide du « blower door test »,
pour les maisons individuelles, les logements collectifs et les bâtiments tertiaires grands volumes.

SOGESTFA vous propose les interventions nécessaires à la réussite de l’étanchéité à l’air
de vos programmes en région Ile de France et limitrophes, en région Rhônes Alpes
et limitrophes, en région Centre Est et limitrophes, en région Auvergne et limitrophes,
en Suisse romande.

Le test d’étanchéité à l’air permet de certifier l’obtention de la valeur garde fou des labels basse consommation, permettant au maître de l’ouvrage la labellisation de son projet, soit BBC, MINERGIE P ou PASSIV’HAUS. Par ailleurs, la future RT ou RE 2012 exigera ces tests de perméabilité à l’air dès le 1er juillet 2011 pour les immeubles tertiaires et le 1er janvier 2013 pour les immeubles résidentiels.

Assurer un bon niveau d’étanchéité à l’air pour un bâtiment, c’est être capable de maîtriser les flux d’air qui
circulent à travers des orifices volontaires (bouches de ventilation et entrées d’air) et limiter les flux incontrôlés,
qui peuvent être source de pathologies, d’inconfort, et de gaspillage d’énergie. Il ne s’agit en aucun cas de
confiner les occupants dans un « sac plastique », mais au contraire de leur procurer de l’air de qualité en quantité suffisante mais sans excès.

On peut distinguer cinq enjeux principaux liés à l’étanchéité à l’air :
- L’hygiène et la santé – la qualité de l’air intérieur
- Le confort thermique et acoustique des occupants ;
- La facture énergétique ;
- La conservation du bâti ;
- La sécurité des personnes à proximité de sites industriels SEVESO.

Pour ventiler correctement les pièces qui en ont besoin, il convient que les arrivées d’air neuf soient maîtrisées. Pourtant, dans les constructions courantes en France, entre un quart (1/4) et un tiers (1/3) de l’air neuf provient
des défauts d’étanchéité de l’enveloppe.
Par ailleurs, l'air qui transite dans les parois avant de pénétrer dans le logement peut se charger en polluants
(fibres, poussière, moisissures, composés organiques volatils, etc.), puis les transférer à l'intérieur. À mesure
qu’ils s’encrassent, ces circuits aérauliques peuvent dégrader à plus ou moins long terme la qualité de l'air intérieur.

Il ressort que l’importance relative de la perméabilité à l’air sur les besoins de chauffage s’accroît logiquement
avec le renforcement de l’isolation thermique de l’enveloppe (Ubât).
En outre, une mauvaise étanchéité à l’air peut engendrer un gaspillage d’énergie considérable, de l’ordre
de 10% des besoins de chauffage pour des systèmes simple flux et plus de 25% pour des bâtiments très
performants équipés de systèmes double flux.

Grâce à une bonne étanchéité à l’air de l’enveloppe des bâtiments, il est possible d’assurer aux
occupants de bonnes conditions d’hygiène et de santé ; d’améliorer leur confort d’un point de
vue thermique et acoustique ; de réduire la facture énergétique et les émissions de gaz à effet
de serre en limitant le gaspillage d’énergie ; et de diminuer les condensations et les
moisissures responsables de dégradations prématurées du bâti. Dans un autre registre, il est
possible de mettre à l’abri les personnes en cas de pollution atmosphérique accidentelle à
proximité de sites SEVESO.

Dans un bâtiment, les fuites sont réparties de manière diffuse, et il suffit de peu pour
dégrader considérablement ses performances. Il est donc quasiment impossible de juger de
l’étanchéité à l’air d’un bâtiment par simple inspection visuelle. C’est pourquoi les mesures in
situ sont incontournables si l’on souhaite connaître la perméabilité d’un bâtiment.

SOGESTFA fait partie du réseau de professionnel de l’infiltrométrie Aactime.